La capat de an/AT THE END OF THE YEAR

Cu scuze pentru talmacirea infidela si grabita

Anul se apropie de capat, iar noi multumim pentru darurile lui si pentru felul în care ni s-au întiparit în suflet, acolo unde nu le pot atinge nici vremurile, nici valurile.

Multumim pentru zilele când pe chipurile celor pe care-i iubim a stralucit bucuria unei lumini de dincolo de ei ; si pentru zilele când, descatusat, un izvor de lacrimi adânc îngropat a început sa curga iar.

Binecuvântam acest an pentru tot ce-am învatat, pentru tot ce am iubit si am pierdut, si pentru felul tainic în care ne-a apropiat de nevazuta noastra destinatie.

As this year draws to its end, 
We give thanks for the gifts it brought
And how they become inlaid within
Where neither time nor tide can touch them.

Days when beloved faces shone brighter
With light from beyond themselves;
And from the granite of some secret sorrow
A stream of buried tears loosened.

We bless this year for all we learned,
For all we loved and lost
And for the quiet way it brought us
Nearer to our invisible destination.

John O’Donohue

Excerpt from ‘At the End of the Year’
BENEDICTUS (Europe) / TO BLESS THE SPACE BETWEEN US (US)

Reclame

Le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous

Méditation pour Noël 2017, sur le site „Retraite dans la ville” des frères dominicains de Lille, en marge de l’évangile du jour, le Prologue de St Jean.
Frère André Tavares, o.p.
Province du Brésil

Si, en ce matin de Noël, je vous dis « feliz natal » dans la langue portugaise de mon Brésil natal, vous ne comprenez pas nécessairement ce que je dis. Mais si, maintenant, je vous souhaite « joyeux Noël », vous me comprenez bien, mais vous devinez que je ne suis ni Parisien ni Picard. 

Je viens d’ailleurs. Vous percevez que je parle avec un accent, n’est-ce pas ? Et chaque accent révèle sa langue maternelle. Notre langue maternelle est celle avec laquelle notre mère a répondu quand nous avons crié de faim. Dans cette langue, nous avons appris à appeler nos parents, à réciter nos premières prières, à exprimer nos sentiments, à structurer notre pensée. 
Si j’apprends ta langue, je ne fais pas seulement l’effort de m’exprimer pour que tu me comprennes, mais j’entre dans ton monde. Je vous invite à penser notre présence dans le monde, ce monde que Dieu a tant aimé, à partir de l’accent chrétien. Cet accent chrétien, c’est l’accent de Jésus. Ses premiers disciples le percevront quand le Maître parlera dans leur langue, d’une manière tellement originale, avec une humble autorité, une noble simplicité. On peut aussi appeler cette différence chrétienne « l’accent du Royaume des cieux ». C’est déjà celui des anges qui nous invitent, avec les bergers, à adorer l’enfant et chanter la gloire de Dieu ( Évangile selon saint Luc chapitre 2, versets 10 à 14). 
L’Esprit saint qui a fécondé la Vierge Marie et conduit Jésus nous donne l’accent du Royaume de Dieu. Prendre l’accent de Jésus, c’est entrer dans l’intimité du Père. Joyeux Noël !

 Fiecare om care, departe de ai sai, învata o limba straina o face pentru a comunica cu cei printre care se afla, si asta chiar daca pastreaza un accent din limba lui materna . „Accentul crestin” este cel al Domnului Isus, care vorbeste cu accentul lui originar, cel al Împaratiei cerurilor. Cine vorbeste cu acelasi accent intra si el în Împaratia Tatalui, în intimitatea dumnezeiasca.

Craciun fericit ! Feliz Natal ! Happy Chrismas! Joyeux Noël !