La résurrection de Lazare…

… selon Maria Valtorta

 

Marthe, après s’être essuyée le visage, recommence à parler :  

„Mais même maintenant j’espère car je sais que tout ce que tu demanderas à ton Père, te sera accordé.”     

Une douloureuse, héroïque profession de foi, dite d’une voix que les larmes font trembler, avec un regard qui tremble d’angoisse, avec l’ultime espérance qui lui tremble dans le cœur.       

„Ton frère ressuscitera. Lève-toi, Marthe.” 

Marthe se lève tout en restant courbée en vénération devant Jésus auquel elle répond :         

„Je le sais, Maître. Il ressuscitera au dernier jour.”           

„Je suis la Résurrection et la Vie. Quiconque croit en Moi, même s’il est mort, vivra. Et celui qui croit et vit en Moi ne mourra pas éternellement. Crois-tu tout cela ?”      

Jésus, qui d’abord avait parlé d’une voix plutôt basse uniquement à Marthe, élève la voix pour dire ces phrases où il proclame sa puissance de Dieu, et son timbre parfait résonne comme une trompette d’or dans le vaste jardin. Un frémissement presque d’épouvante secoue l’assistance. Mais ensuite certains raillent en secouant la tête. 

Marthe, à laquelle Jésus semble vouloir transfuser une espérance de plus en plus forte en tenant la main appuyée sur son épaule, lève son visage qu’elle gardait penché. Elle le lève vers Jésus, en fixant ses yeux affligés dans les lumineuses pupilles du Christ et serrant ses mains sur sa poitrine, elle répond avec une angoisse différente :    

„Oui, Seigneur. Je crois cela.   

Je crois que tu es le Christ, le Fils du Dieu Vivant, venu dans le monde. Et que tu peux tout ce que tu veux. Je crois.    
 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 548.5 – „Maintenant, je vais prévenir Marie” et elle s’éloigne rapidement en disparaissant dans la maison.  

Jésus reste où il était, ou plutôt il fait quelques pas en avant et s’approche du parterre qui entoure le bassin. Le parterre est tout éclairé de ce côté par la fine poussière du jet d’eau qu’un vent léger pousse de ce côté comme un plumet d’argent, et il paraît se perdre, Jésus, dans la contemplation du frétillement des poissons sous le voile de l’eau limpide, dans leurs jeux qui mettent des virgules d’argent et des reflets d’or dans le cristal des eaux frappées par le soleil.     

…………..

Marthe, à côté de Jésus qui a forcé Marie à se lever et il la conduit, car elle est aveuglée par ses larmes, montre de la main à Jésus où se trouve Lazare et quand ils sont près de l’endroit elle dit aussi : „C’est ici, Maître, que ton ami est enseveli” et elle indique la pierre posée obliquement à l’entrée du tombeau.  

Jésus pour s’y rendre, suivi de tout le monde, a dû passer devant Gamaliel. Mais ils ne se sont pas salués. Ensuite Gamaliel s’est uni aux autres en s’arrêtant comme tous les pharisiens les plus rigides à quelques mètres du tombeau, alors que Jésus s’avance tout près avec les sœurs, Maximin et ceux qui sont peut-être des parents. Jésus contemple la lourde pierre qui sert de porte au tombeau et forme un lourd obstacle entre Lui et l’ami éteint, et il pleure. Les larmes des sœurs redoublent et de même celles des intimes et familiers.

„Enlevez cette pierre” crie Jésus tout d’un coup, après avoir essuyé ses larmes.           

Tous ont un geste d’étonnement et un murmure court dans le rassemblement qui a grossi de quelques habitants de Béthanie qui sont entrés dans le jardin et se sont mis à la suite des hôtes. Je vois certains pharisiens qui se touchent le front en secouant la tête comme pour dire : „Il est fou !”         

Personne n’exécute l’ordre. Même chez les plus fidèles, on éprouve de l’hésitation, de la répugnance à le faire.        

Jésus répète plus fort son ordre, effrayant encore davantage les gens pris par deux sentiments opposés et qui, après avoir pensé à fuir, s’approchent tout à coup davantage pour voir, défiant la puanteur toute proche du tombeau que Jésus veut faire ouvrir.

„Maître, ce n’est pas possible” dit Marthe en s’efforçant de retenir ses pleurs pour parler :„Il y a déjà quatre jours qu’il est là dessous. Et tu sais de quel mal il est mort ! Seul notre amour pouvait le soigner… Maintenant la puanteur est certainement plus forte malgré les onguents… Que veux-tu voir ? Sa pourriture ?… On ne peut pas… même à cause de l’impureté de la corruption et…”  

„Ne t’ai-je pas dit que si tu crois tu verras la gloire de Dieu ? Enlevez cette pierre, je le veux !”         

C’est un cri de volonté divine… Un „oh !” étouffé sort de toutes les poitrines. Les visages deviennent blêmes, certains tremblent comme s’il était passé sur tous un vent glacial de mort.           

Marthe fait un signe à Maximin et celui-ci ordonne aux serviteurs de prendre les outils pouvant servir à remuer la lourde pierre.       

Les serviteurs s’en vont rapidement pour revenir avec des pics et des leviers robustes. Ils travaillent en faisant entrer la pointe brillante des pics entre la roche et la pierre, et ensuite ils remplacent les pics par des leviers robustes et enfin ils soulèvent avec attention la pierre en la faisant glisser d’un côté et en la traînant ensuite avec précaution contre la paroi rocheuse. Une puanteur infecte sort du sombre trou et fait reculer tout le monde.        

Marthe demande tout bas :     

„Maître, tu veux y descendre ? Si oui, il faut des torches…”        

Mais elle est livide à la pensée qu’il doit le faire.    

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 548.9 – Jésus ne lui répond pas. Il lève les yeux vers le ciel, met ses bras en croix et prie d’une voix très forte, en scandant les mots : 

„Père ! Je te remercie de m’avoir exaucé. Je le savais que Tu m’exauces toujours, mais je le dis pour ceux qui sont présents ici, pour le peuple qui m’entoure, pour qu’ils croient en Toi, en Moi, et que Tu m’as envoyé !”        

Il reste encore ainsi un moment et il semble ravi en extase tellement il est transfiguré alors que, sans plus émettre aucun son, il dit des paroles secrètes de prière ou d’adoration, je ne sais. Ce que je sais, c’est qu’il a tellement outrepassé l’humain, qu’on ne peut le regarder sans se sentir le cœur trembler dans la poitrine. Il semble devenir lumière en perdant son aspect corporel, se spiritualiser, grandir et même s’élever de terre. Tout en gardant la couleur de ses cheveux, de ses yeux, de sa peau, de ses vêtements, au contraire de ce qui se passa à la transfiguration du Thabor durant laquelle tout devint lumière et éclat éblouissant, il paraît dégager de la lumière et que tout ce qui est de Lui devient lumière. La lumière semble l’entourer d’un halo, en particulier son visage levé vers le ciel, certainement ravi dans la contemplation du Père.

Il reste ainsi quelque temps, puis redevient Lui : l’Homme, mais d’une majesté puissante. Il s’avance jusqu’au seuil du tombeau. Il déplace ses bras — que jusqu’à ce moment il avait gardés ouverts en croix, les paumes tournées vers le ciel — en avant, les paumes vers la terre, et par conséquent les mains se trouvent déjà à l’intérieur du tunnel du tombeau, toutes blanches dans ce tunnel obscur. Il plonge le feu bleu de ses yeux, dont l’éclat miraculeux est aujourd’hui insoutenable, dans cette obscurité muette, et d’une voix puissante, avec un cri plus fort que celui par lequel il commanda sur le lac aux vents de tomber, d’une voix que je ne Lui ai jamais entendue dans aucun miracle, il crie :         

 „Lazare ! Viens dehors !”      

L’écho répercute sa voix dans la cavité du tombeau et se répand ensuite à travers tout le jardin, se répercute contre les ondulations du terrain de Béthanie, je crois qu’il s’en va jusqu’aux premiers escarpements au-delà des champs et revient de là, répété et amorti, comme un ordre qui ne peut faillir. Il est certain que de tous les côtés, on entend à nouveau : „dehors ! dehors ! dehors !”     

Tous éprouvent un frisson plus intense, et si la curiosité les cloue tous à leurs places, les visages pâlissent et les yeux s’écarquillent alors que les bouches s’entrouvrent involontairement avec déjà dans la gorge le cri de stupeur.    

Marthe, un peu en arrière et de côté, est comme fascinée en regardant Jésus. Marie tombe à genoux, elle qui ne s’est jamais écartée de son Maître, elle tombe à genoux au bord du tombeau, une main sur sa poitrine pour calmer les palpitations de son cœur, l’autre qui inconsciemment et convulsivement tient un pan du manteau de Jésus, et on se rend compte qu’elle tremble car le manteau a de légères secousses imprimées par la main qui le tient.

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 548.10 – Quelque chose de blanc semble émerger du plus profond du souterrain. C’est d’abord une petite ligne convexe, puis elle fait place à une forme ovale, puis à l’ovale se substituent des lignes plus amples, plus longues, de plus en plus longues. Et celui qui était mort, serré dans ses bandes, avance lentement, toujours plus visible, fantomatique, impressionnant. 

Jésus recule, recule, insensiblement, mais continuellement à mesure que Lazare avance. La distance, entre les deux, reste donc la même.

Marie est contrainte de lâcher le pan du manteau, mais elle ne bouge pas de l’endroit où elle est. La joie, l’émotion, tout, la cloue à l’endroit où elle était.          

Un „oh !” de plus en plus net sort des gorges d’abord fermées par la douleur de l’attente. C’est d’abord un murmure à peine distinct qui se change en voix, et la voix devient un cri puissant.         

Lazare est désormais au bord du tombeau et il s’arrête là, raide, muet, semblable à une statue de plâtre à peine ébauchée et donc informe, une longue chose, mince à la tête, mince aux jambes, plus large au tronc, macabre comme la mort elle-même, spectrale, dans la blancheur des bandes contre le fond sombre du tombeau. Au soleil qui l’enveloppe, les bandes paraissent ça et là laisser couler la pourriture.     

Jésus crie d’une voix forte :        

„Débarrassez-le et laissez-le aller. Donnez-lui des vêtements et de la nourriture.”         

„Maître !…” dit Marthe, et elle voudrait peut-être en dire davantage, mais Jésus la regarde fixement, la subjuguant de son regard étincelant, et il dit :        

„Ici ! Tout de suite ! Tout de suite, apportez un vêtement. Habillez-le en présence de tout le monde et donnez-lui à manger.”        

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile tale sau dă clic pe un icon pentru a te autentifica:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare /  Schimbă )

Fotografie Google

Comentezi folosind contul tău Google. Dezautentificare /  Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare /  Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare /  Schimbă )

Conectare la %s

Acest site folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.