L'ouverture du tombeau du Christ (partie 02) - YouTube

Le récit de la Passion nous laisse là, devant le tombeau où Joseph d’Arimathie et
Nicodème sont venus déposer le corps sans vie de Jésus.

Chercheurs de vérité, ils sont au rendez-vous des événements.

Ils n’ont pas quitté ce chemin que Jésus leur a ouvert par sa vie.

Les disciples de la nuit viennent au grand jour quand tous les autres ont
déserté. Son corps inerte est remis entre leurs mains, mais de son vivant, c’est le Verbe
qu’ils ont rencontré. Jésus a tout embrassé. Jusqu’à la croix, aux insultes et aux
humiliations.

Son silence a tout englouti. Son amour a tout supporté. Dernier acte
d’une vie donnée, dédiée, consacrée, son trône est dressé. Dernière dignité de ce roi
hier acclamé, aujourd’hui conspué et livré à la mort.

Seul Dieu connaît les reins et les coeurs. Seul Dieu les juge.

Mais l’homme s’est une nouvelle fois pris pour lui. D’ailleurs
ses juges n’avaient nul besoin d’un procès mais d’une mort. Faire mourir Jésus et son
pouvoir de vie sur les foules. Tout le monde sort de l’ombre.

La vérité vient avec le soleil au zénith.

C’est la pleine lumière sur le coeur de chacun. C’est le moment de
vérité pour tous. Jésus a consenti à cette mort. Il s’y est même engouffré, avancé,
l’étouffant presque de sa volonté de la vivre. Qui donc peut vivre ainsi ces heures à
pareille hauteur? Jésus épouse les événements et les remplit de son propre sens. Il
laisse faire parce que l’homme doit aller au bout de son pouvoir dérisoire sur lui. Il doit
aller au plus profond de sa capacité de trahison, de sa duplicité coupable, de sa lâcheté,
de son âpreté au gain et au pouvoir.

“Sais-tu que j’ai le pouvoir…?” dira Pilate à celui qu’il croit sans autre ressource que
lui… La vérité est tellement autre qu’elle ne peut plus être portée par des mots. Le
corps de Jésus devient désormais le seul témoin silencieux du drame. Il va accueillir la
mort, dernier outrage après les cris de haine. Il était pourtant venu offrir le pouvoir de
devenir enfant de Dieu. Mais il faut être prêt à renaître pour cela…

Nicodème en était resté là avec Jésus. Et le voilà sur le seuil d’une vie renouvelée avec lui.

Jésus mort lui montre que pour renaître, il faut mourir.

Et pour mourir, il faut choisir: la vérité, la vie et se découvrir en chemin toujours davantage cet enfant de Dieu qui grandit en silence
au coeur des événements.

Baptême permanent au creux de notre quotidien qui nous
arrache à la pesanteur de la mort qui nous guette à chaque démission devant la vérité,
à chaque compromis avec le mal, à chaque peur érigée en bouclier. C’est désormais à
chaque instant l’heure du plus grand amour, à choisir sans réserve pour faire advenir
enfin ce Royaume qui n’est pas de ce monde mais que le monde peut voir à travers
chaque vie qui se donne: Epiphanie d’un Dieu remis à nos vies.

Notre vie en silence peut devenir cette parole libre où règne le pardon tout-puissant du supplicié. Savons- nous que nous en avons le pouvoir ?

Marie-Dominique Minassian
Equipe Evangile@Peinture

 

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile tale sau dă clic pe un icon pentru a te autentifica:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare /  Schimbă )

Fotografie Google

Comentezi folosind contul tău Google. Dezautentificare /  Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare /  Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare /  Schimbă )

Conectare la %s

Acest site folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.