Tu cherches la paix ? Accueille la joie !

Une méditation du frère Bruno Cadoré, o.p. Paris

Une nuit de Noël, alors qu’après la messe du couvent nous étions tous réunis dans la joie, un enfant avait disparu. Vous imaginez la panique ! Finalement, on le retrouve paisiblement installé dans la pénombre de l’église, devant la crèche. Aussi tranquille que Marie et Joseph qui veillaient sur l’enfant !

Nous rêvons tous à cette paix intérieure qui ferait tenir bon face à l’adversité. Nous cherchons cette paix promise par Dieu, mais bien souvent nos cœurs sont agités, nos vies dispersées. Il faut dire que la vie n’est pas toujours facile. Inquiétudes pour la santé, le travail et parfois même la vie quotidienne en ce contexte de pandémie, souci pour l’avenir des enfants et des jeunes, tensions dans les relations professionnelles, amicales ou familiales, perte de confiance en nous-mêmes après trop de difficultés ou d’échecs traversés. Nous ressentons le besoin de rejoindre ce lieu au profond de notre cœur où nous serons en vérité avec nous-mêmes, en paix avec les autres, en paix avec Dieu. Mais est-ce possible ?

« Qui nous fera voir un tel bonheur ? »* Y a-t-il une méthode, des maîtres, des sagesses qui, enfin, répondraient à nos rêves de reconnaissance, de plénitude, d’accomplissement ? 

« Mon âme exalte le Seigneur et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon Sauveur ! »**, chante Marie. Voilà son secret ! La paix du cœur est du côté de la joie ! Pas une joie exubérante, naïve ou béate qui ferait semblant d’ignorer les duretés de la vie et serait un feu de paille. Plutôt la joie simple de qui découvre des signes, même modestes, de la fidélité de Dieu qui marche à nos côtés et, pas à pas, accomplit sa promesse. 

La paix intérieure ne se gagne pas au prix d’efforts ou de méthodes. Elle est sœur de cette joie qui surgit quand on découvre que Dieu nous appelle à le rejoindre pour accomplir sa promesse. Une telle joie se reçoit, comme on reçoit l’ami qui se tient avec nous, en temps calme ou bien houleux, dans les moments de joie comme en ceux de peine, dans les réussites autant que les échecs. Ainsi, Dieu vient à nous : son amitié confiante et fidèle est notre paix parce qu’elle met nos cœurs en joie.

* Psaume 4, 7
** Évangile selon saint Luc ch. 1, v. 46-47

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile tale sau dă clic pe un icon pentru a te autentifica:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare /  Schimbă )

Fotografie Google

Comentezi folosind contul tău Google. Dezautentificare /  Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare /  Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare /  Schimbă )

Conectare la %s

Acest site folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.