Fais-moi savoir, Seigneur, combien je suis fragile


De la Lettre de Jérusalem no 25, Novembre 2022



« Fais-moi savoir, Seigneur, combien je suis fragile » (Ps 38,5).

Cette demande du psalmiste est paradoxale et touchante. Il est tourmenté par l’apparente puissance des impies, mais il avoue que tous les humains – y compris lui-même – ne sont « qu’un souffle, une ombre ».
Saint Paul fait une découverte encore plus bouleversante.

Lui qui déployait toutes sa force pour détruire les disciples de Jésus découvre que ce Messie crucifié est « puissance de Dieu »  (1 Co 1, 24), et désormais il met sa fierté « surtout dans mes faiblesses, afin que repose sur moi la puissance du Christ. » (2 Co 12, 9)

Depuis toujours, même face à la toute-puissance de Dieu, les êtres humains sont tentés de se glorifier dans leur propre sentiment de puissance. Mais aujourd’hui nous redécouvrons notre fragilité de façon dramatique. La pandémie a révélé combien chacun de nous, nous sommes vulnérables.

Des événements politiques et une guerre aux portes de l’Occident montrent que la démocratie est fragile. La démesure économique crée des catastrophes climatiques surtout dans les pays les plus vulnérables. Plus que jamais donc, nous sommes appelés à reconnaître combien tous nous sommes fragiles et à nous tourner vers le mystère du Sauveur qui s’identifie aux « plus petits de ses frères » (Mt 25,40).

Frère Bradford, Fraternités monastiques de Jérusalem, Maison de prière Mont Saint-Hilaire, Québec.

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile cerute sau dă clic pe un icon pentru a te autentifica:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare /  Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare /  Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare /  Schimbă )

Conectare la %s

Acest site folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.