Le serpent de bronze, une idole…?

„Un serpent effraie et fascine tout à la fois ; il est une figure emblématique du mal. Il se cache dans les branches des arbres, se tapit dans les rochers, se terre dans le sable ou nage dans les rivières et marécages et son attaque est foudroyante ; son venin paralyse et donne la mort. À ce propos, nous lisons dans la Bible un texte très énigmatique*. Pendant la traversée du désert, le peuple en révolte est attaqué par des serpents. Moïse dresse un serpent d’airain sur une hampe : celui qui le regarde est guéri. Moïse est habité par le désir de sauver son peuple en faisant de l’instrument de la punition un signe du salut. C’est un retournement. L’emblème de la mort cruelle devient un moyen de salut. Jésus rappelle ces faits qui sont une annonce de sa mort. « De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle. »** Il assume la mort pour que la vie l’emporte et que l’humanité entre dans la Terre promise.

Jésus se désigne comme « Fils de l’homme ». Comprenons bien le sens de cette expression qui vient du livre de Daniel***. Ainsi, sur les lèvres de Jésus, comme dans les textes juifs du temps, l’expression « Fils de l’homme » désigne l’Envoyé de Dieu, Celui qui descend du Ciel. Or, Jésus dit que ce fils de l’homme est élevé, c’est-à-dire qu’Il prendra la tête de l’humanité pour la sauver. Ce mouvement d’amour a pris forme concrète, visage humain : Jésus engage tout son être, Il donne sa vie, allant jusqu’à la mort sur la Croix. 

En levant les yeux vers Lui, nous voyons l’amour de Celui qui a vécu le plus extrême du malheur. Dans le corps élevé en croix se voient les forces du mal symbolisées par le serpent. Jésus les a prises sur Lui et son élévation sur la croix a ouvert la voie au pardon offert à tous. Comment le vivre, comment l’accueillir ? Les méditations qui suivent éclaireront le chemin, celui d’un amour plus fort que la mort.”

Frère Jean-Michel Maldamé, o.p. Toulouse


 * Livre des Nombres, ch. 21, v. 4-9.
** Évangile selon saint Jean, ch. 3, v. 14-15.
*** Livre de Daniel, ch. 7, v. 13.

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile cerute sau dă clic pe un icon pentru a te autentifica:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare /  Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare /  Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare /  Schimbă )

Conectare la %s

Acest site folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.